Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Ségolène Royal ou le « happening permanent »

La nouvelle ministre de l’Ecologie semble privilégier l’agitation médiatique à la conduite des dossiers dans le respect des procédures convenues.

Contrairement à ses deux prédécesseurs Delphine Batho et Philippe Martin, Ségolène Royal adore les médias — certains le lui rendent bien. Un ex-proche de son cabinet dans les années 1990, lorsqu’elle était ministre de l’Environnement, raconte que dans les réunions européennes, elle s’arrangeait toujours pour sortir avant ses collègues pour leur ravir la vedette devant les journalistes. Nous l’avons vu procéder de la même manière dans les années 2000 dans un autre contexte. Le Parti socialiste devait alors présenter son « livre noir de l’écologie » pour dénoncer la politique environnementale de la droite au pouvoir. Ségolène Royal arrive en retard mais prend bien soin de sourire à chaque photographe et chaque caméraman. Elle fait son intervention, sourit encore, sort de la salle alors que la réunion n’est pas finie, suivie par une cohorte de journalistes qui n’étaient manifestement venus que pour elle. Ses camarades qui avaient encore des choses à dire ont continué la réunion dans une salle presque vide.

Commentaire d’un journaliste qui la connaît bien : « Avec elle, c’est le happening permanent. Elle ne fonctionne que comme ça. »

Si encore les dossiers étaient menés correctement, dans le respect notamment de la concertation, ça ne serait guère gênant. Mais les récentes interventions de la ministre sur l’écotaxe poids-lourds (alors que le groupe de travail ad hoc n’a pas encore rendu ses propositions) et son annonce sur la loi sur la transition écologique (alors que les instances de concertation n’ont pas fini leur travail) laisse supposer que c’est loin d’être le cas. Ça promet…

Lire aussi : Plan déchets : Ségolène Royal bouscule le calendrier

Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

Emballages ménagers : les soutiens seront-ils réévalués en 2023 ?

Emballages ménagers : les soutiens seront-ils réévalués en 2023 ? Citeo refuse de voir le barème augmenter l’an prochain, malgré une étude de l’Ademe qui montre une hausse importante des coûts de collecte et de [ Lire la suite ]

Sécheurs de biodéchets : toujours pas des composteurs (malgré une étude)

Sécheurs de biodéchets : toujours pas des composteurs (malgré une étude) Un fabricant de sécheurs de biodéchets se prévaut d’une étude de l’INERIS pour affirmer que ses sécheurs pourraient produire du compost à partir de déchets [ Lire la suite ]

Tri à la source des biodéchets : le coût de la généralisation

Tri à la source des biodéchets : le coût de la généralisation Le coût supplémentaire pour les collectivités pourrait être de 15 à 30 €/habitant/an, partiellement compensé par des économies réalisées notamment sur les OMR. Certaines hypothèses de l’étude [ Lire la suite ]

Huiles minérales : la valeur juridique des contrats-types en question

Huiles minérales : la valeur juridique des contrats-types en question Le Conseil d’Etat considère que l’arrêté d’agrément de Cyclevia, l'éco-organisme des huiles minérales, n’a pas de portée réglementaire. Les auteurs du recours en déduisent que [ Lire la suite ]

// Exclusivité "Déchets Infos" // Filière PMCB (bâtiment) : le cahier des charges validé et signé

// Exclusivité Des objectifs de collecte ont été ajoutés au projet initial, ainsi que des obligations de soutiens pour les zones de réemploi et de traçabilité. Les [ Lire la suite ]

Redevance DSREP : l’Ademe doit-elle être au service des éco-organismes ?

Redevance DSREP : l’Ademe doit-elle être au service des éco-organismes ? Les éco-organismes requérants voudraient que la direction de suivi des REP de l’Ademe (DSREP) travaille « au service exclusif » des éco-organismes et qu’elle justifie de l’usage [ Lire la suite ]

A découvrir

L’Echo circulaire, la lettre professionnelle du recyclage et de l’économie circulaire

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos