Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Bertrand de Broc : « La prévention et le tri, on les fait à terre »

Le navigateur engagé dans le prochain Vendée Globe et dont Déchets Infos est partenaire finit sa préparation avant le départ, programmé samedi 10 novembre. Il nous a expliqué comment il gérait ses déchets à bord pendant la course.

« A bord, nous produisons assez peu de déchets. La majorité de nos déchets restent à terre, avant le départ. Par exemple, nous avons une pharmacie très importante, compte tenu du fait que nous devons pouvoir faire face à toute éventualité [pour mémoire, lors de sa première participation au Vendée Globe, Bertrand De Broc avait dû se recoudre lui-même la langue, entaillée par ses propres dents à l’occasion d’un choc ; ndlr]. A l’origine, chaque élément (médicament, instrument, compresses…) est emballé dans du carton, que j’enlève systématiquement avant de partir. Je ne garde que les plaquettes (pour les cachets, par exemple) ou les emballages qui garantissent la stérilité.

Idem pour la nourriture, qui est essentiellement lyophilisée : je n’emmène que l’enveloppe en plastique et son contenu ; les cartons restent à terre.

Ensuite, en mer, je mets tous les déchets autres qu’organiques (essentiellement des plastiques) dans un sac poubelle. Cela fait environ un sac de taille moyenne par semaine. En trois mois de course, ça me fera donc une douzaine de sacs.

Dans une course au large, il faut avoir de la chance, en particulier pour ne pas percuter un “OFNI” (objet flottant non identifié), qui est souvent un déchet. Lors de mon parcours de qualification cet été, par exemple, je suis passé très près d’une grosse palette en bois de plus de 2m50 de côté. A la vitesse à laquelle j’allais, si je l’avais percutée, c’était la voie d’eau garantie et peut-être la fin de la course avant de l’avoir commencée…

En mer, on peut croiser toutes sortes d’objets : des poutres, des troncs d’arbre, parfois des conteneurs tombés de bateaux et qui flottent entre deux eaux. Parfois, des sacs plastiques se prennent dans le safran [partie immergée du gouvernail, ndlr] ou dans une dérive, ce qui freine le bateau.

La rencontre d’un OFNI est un risque important, en particulier dans l’Atlantique Nord. Je pense que c’est lié au trafic maritime très intense dans cette partie de l’océan, qui est donc plus polluée par ces objets. Ensuite, plus on descend dans le Sud, plus ces déchets se raréfient.

A 25 ans, j’ai travaillé pendant un an dans la marine marchande. A l’époque, on jetait tout ou presque par dessus bord. Aujourd’hui, j’ai l’impression que tout le monde fait beaucoup plus attention. C’est mieux ainsi. »

Bertrand de Broc sur son bateau
(photo : Thierry Martinez)

Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

Financement du service public : le gouvernement veut booster la tarification incitative

Financement du service public : le gouvernement veut booster la tarification incitative Un groupe de travail est censé préparer à bref délai une réforme du financement du service public des déchets. Solution préférée du gouvernement : le développement [ Lire la suite ]

Biodéchets, consigne, plastiques… : les dernières positions du ministère de l’Ecologie

Biodéchets, consigne, plastiques… : les dernières positions du ministère de l’Ecologie Le directeur général de la prévention des risques (DGPR) a profité du 34e congrès d’Amorce pour faire le point sur les dossiers en cours. Tour d’horizon [ Lire la suite ]

ISDND : le ministère modifie son projet sur les critères d’admission

ISDND : le ministère modifie son projet sur les critères d’admission Le nouveau projet de décret mis en consultation ajoute un critère plus sévère sur la teneur en biodéchets. Les critères applicables aux OMR sont étendus [ Lire la suite ]

Plan de relance : 100 M€ en guichet pour les biodéchets

Plan de relance : 100 M€ en guichet pour les biodéchets Les dossiers de demande d’aides seront instruits par l’Ademe au fil de l’eau jusqu’à épuisement de l’enveloppe. L’Ademe a précisé il y a quelques jours les [ Lire la suite ]

REP mégots : Alcome, futur candidat éco-organisme

REP mégots : Alcome, futur candidat éco-organisme La société a été créée le 11 décembre dernier par les grands groupes cigarettiers. Le très probable futur éco-organisme de la « filière mégots » devrait s’appeler Alcome. Les [ Lire la suite ]

Compostage des boues : le gouvernement veut limiter l’usage des déchets verts

Compostage des boues : le gouvernement veut limiter l’usage des déchets verts Un projet de décret ferait baisser progressivement le taux de déchets verts autorisé pour composter les boues et leurs digestats. Objectif : garder le plus possible [ Lire la suite ]

A découvrir

L’Echo circulaire, la lettre professionnelle du recyclage et de l’économie circulaire

Toutes les archives

Nos articles classés par thème