Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

PET opaque :
la responsabilité diluée des producteurs

Les bouteilles de lait en PET opaque (à gauche) n’ont pas besoin d’opercule, contrairement à celle en PEHD (en haut). Cela contribue à les rendre moins chères.

Les bouteilles de lait en PET opaque (à gauche) n’ont pas besoin d’opercule, contrairement à celle en PEHD (à droite). Cela contribue à les rendre moins chères.

Les récupérateurs et les régénérateurs ont de plus de plus de difficultés à écouler et à recycler les balles contenant du PET opaque. Aucun malus n’est appliqué à ces bouteilles. Eco-Emballages a présenté un plan pour faire face au problème, qui sera financé par tous les contributeurs.

Plus léger, plus brillant donc plus vendeur, moins cher, générant moins d’impacts environnementaux, plus rapide à mettre en œuvre sur les lignes de conditionnement… : sur le papier, le PET opaque n’a que des avantages. Sur le terrain, c’est un peu plus compliqué.

Les emballages en PET opaque existent depuis longtemps, notamment avec les bouteilles d’huile en plastique jaune. Mais jusqu’en 2010, ils étaient restés très minoritaires. La proportion a fortement augmenté partir de 2010 quand des conditionneurs ont commencé à emballer avec ce matériau du lait UHT, des détergents et des cosmétiques, en remplacement du PEHD. Aujourd’hui, le PET opaque sorti des centres de tri représente 5 000 à 7 500 t/an selon les sources. Rapporté à l’ensemble des plastiques triés (environ 260 000 t/an), c’est peu (2 à 3 %). Mais comparé au flux des emballages en PET foncé avec lesquels ils sont généralement triés, c’est beaucoup plus : 12 à 15 % en moyenne selon les sources, et ce taux, très inégal d’un centre de tri à l’autre et en fonction des périodes (on parle de pics allant jusqu’à 25 ou 30 %), ne cesse d’augmenter. Or avec des taux pareils, le recyclage dans les filières classiques (fibre, notamment) devient de plus en plus compliqué, voire impossible.

Ce qui pose problème, ce sont précisément les produits opacifiants contenus dans le PET opaque, et en particulier le dioxyde de titane (TiO2) qui, dilué dans les granulés régénérés, modifie ses caractéristiques, bouche les trous des machines servant à faire des fibres (les « filières »), rend les fibres cassantes et les objets en PET recyclés fissurables. […]

Le dossier complet dans Déchets Infos n° 104.


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

Biodéchets, TMB : comment la nouvelle directive cadre précise la LTECV

Biodéchets, TMB : comment la nouvelle directive cadre précise la LTECV La nouvelle directive cadre adoptée en mai dernier permet des dérogations au principe général de tri à la source, de collecte séparée et de non-mélange. [ Lire la suite ]

Recycleurs cherchent exutoires pour déchets ultimes

Recycleurs cherchent exutoires pour déchets ultimes La Fnade, Federec et la CME déplorent le manque de capacités de traitement de déchets ultimes, qui gêne les activités de recyclage. Le ministère de [ Lire la suite ]

Eco-organismes et contrats publics :
nouvelle confirmation d’une cour d’appel

Eco-organismes et contrats publics : </br>nouvelle confirmation d’une cour d’appel La cour d’appel de Rennes estime, comme d’autres, qu’un contrat entre un éco-organisme et une collectivité locale est de droit public. Le fait qu’il s’agisse [ Lire la suite ]

PET opaque : limites et bénéfices du malus

PET opaque : limites et bénéfices du malus Malgré le malus, le gisement d’emballages en PET opaque ne devrait pas baisser cette année, voire pourrait croître légèrement. Et Citeo pourrait percevoir plus avec [ Lire la suite ]

Quand des annonceurs du Bon Coin gèrent des déchets…

Quand des annonceurs du Bon Coin gèrent des déchets… De nombreux annonceurs du Bon Coin proposent de prendre en charge des déchets, y compris dangereux, sans avoir ni les compétences, ni les autorisations requises. [ Lire la suite ]

Le Bon Coin, courtier en déchets sans le savoir ?

Le Bon Coin, courtier en déchets sans le savoir ? Le Bon Coin se définit comme simple « hébergeur », non responsable des contenus qu’il publie. Mais son rôle ne semble guère différent de celui d’un courtier [ Lire la suite ]

Archives

Nouveau : il est possible d'accéder à tous les anciens numéros de Déchets Infos en souscrivant à l'option d'accès aux archives.

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

Suivre Déchets Infos sur Twitter :


Toujours en accès libre

Incinération : le grand débat en arrière L’article « Faut-il brûler les incinérateurs » paru en février 2015 dans Alternatives économiques a suscité une réponse de l’ONG Zero Waste France (ZWF), sous la forme d’une « lettre ouverte » publiée sur son site Internet. Les arguments avancés par ZWF ramènent le débat quelques années en arrière. Nous y répondons point par point dans cet article en accès libre.
Déchets Infos apprécie et soutient le travail de son confrère belge Incidences, la lettre de l'environnement.