Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Léko s’arrêtera-t-il, laissant Citéo sans concurrent ?

Mis à jour le 26 octobre à 18 heures

Le feuilleton continue. Dernier épisode en date, le communiqué de Léko du 26 octobre, qui « s’interroge sur les déclarations unilatérales du groupe Reclay » (téléchargeable ici). Bien malin qui peut dire comment tout cela se finira… A suivre.


Mis à jour le 25 octobre à 17 heures

Léko démarrera-t-il le 1er janvier prochain comme concurrent de Citéo (ex-Eco-Emballages) ou pas ? Le suspens demeure…

Dernière minute ! Reclay, maison-mère de Valorie, qui est actionnaire à hauteur de 16 % de Léko, indique qu’il souhaite que Léko continue et se dit prêt à en assurer le financement. Steve Lawson, président de Léko, indique que ce n’est pas possible si Valorie/Reclay prend la majorité du capital de Léko, et ceci en raison, selon lui, des règles de gouvernance des éco-organismes français (gouvernance obligatoirement assurée par les metteurs en marché). Un conseil d’administration de Léko devrait avoir lieu « rapidement », indique Steve Lawson.
Nous reviendrons sur ce dossier dans notre prochaine édition.

Voir le communiqué de Reclay (en anglais). Version française téléchargeable ici.


Article paru le 25 octobre à 6 heures, alors que nous ignorions le communiqué de Reclay

Il n’y aura pas de concurrent de Citéo/Eco-Emballages au 1er janvier prochain. La question de la pertinence du modèle français d’organisation des filières de REP, qui pousse de fait au monopole d’éco-organismes privés, est posée.

Léko ne sera pas le nouvel éco-organisme concurrent, même petit, de Citéo (ex-Eco-Emballages) dans la filière des emballages ménagers. Le conseil d’administration de Léko a décidé la semaine dernière de jeter l’éponge, faute de financement suffisant pour son démarrage. Il en a informé les pouvoirs publics le 19 octobre. Selon Steve Lawson, président de Léko, il manquait environ 1 M€ pour pouvoir démarrer, alors que la création et les premiers mois de fonctionnement de Léko (en particulier pour préparer et faire la demande d’agrément) ont déjà coûté pas loin de 2,8 M€.

Les discussions qui avaient eu lieu ces derniers jours avec un groupe de producteurs intéressés par une entrée au capital de Léko n’ont pas abouti, entre autres pour des questions de gouvernance, indique Steve Lawson. Un proche du dossier explique que les impétrants voulaient avoir la majorité du capital, ce que les actionnaires actuels ont refusé. Il est probable que la société Léko soit dissoute dans les prochains jours ou les prochaines semaines, puisqu’elle n’a plus vraiment de raison d’être.

L’arrivée de Léko aurait pu être le signe d’une ouverture des filières de responsabilité élargie des producteurs (REP) à plus de diversité et de concurrence. Sa défection, en soulignant les difficultés d’un nouvel arrivant à trouver sa place, renforce plus que jamais la situation monopolistique des éco-organismes en place, dans la filière des emballages comme dans les autres. […]

L’article complet dans Déchets Infos n° 124.


 

Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Tontes et feuilles mortes : quand des collectivités les refusent en déchetteries

Quelques collectivités refusent en déchetteries les tontes et parfois les feuilles mortes, arguant qu’il ne s’agirait pas de déchets. L’objectif...

Financement de la DSREP de l’Ademe : interrogations sur les vrais chiffres

EcoDDS affirme que l’Ademe lui demande pour 2023 une redevance représentant 19,4 % du budget total de la DSREP. Les données...

Refus des tontes en déchetteries : des problèmes pratiques et un risque juridique

Refuser en déchetteries les tontes de pelouse et/ou les feuilles mortes n’est a priori pas légal. Cela peut aussi poser...

Flux développement : le Conseil d’État ne voit toujours pas le problème

Amorce, la Fnade, Federec et le Snefid ont été déboutés de leur recours contre l’arrêté attribuant aux éco-organismes la reprise exclusive...

Déchets Infos n° 272 — 10 avril 2024

Au sommaire du numéro 272 de Déchets Infos (10 avril 2024) Dans l’actualité • Flux développement : le Conseil d’État ne...

Déchets Infos n° 271 — 27 mars 2024

Au sommaire du numéro 271 de Déchets Infos (27 mars 2024) Dans l’actualité • Mobilier : des tonnages valorisés mais exclus...

Mobilier : des tonnages valorisés mais exclus des soutiens ?

Une clause du nouveau contrat-type "mobilier" pourrait contraindre les collectivités pratiquant la collecte non séparée à atteindre, individuellement, les objectifs...

La collecte multiflux (biodéchets + OMR) fait son retour

Une demi-douzaine de collectivités choisissent de collecter les biodéchets et les OMR en multiflux, dans les mêmes bacs et les...

Régulation des REP : des positions variées sur la création d’une instance

La DGPR semble défavorable à la création d’une instance de régulation des REP. Amorce et le CNR y sont opposés,...

Inspection sur les REP : les questions que la mission pose aux éco-organismes

Les travaux des inspecteurs sont très centrés sur les objectifs des filières, leur atteinte ou leur non-atteinte, les performances environnementales...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos