Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Apport volontaire : le jeu gagnant-perdant d’Eco-Emballages

L’Ademe souligne qu’« il n’existe pas un schéma de collecte ne présentant que des avantages ». Eco-Emballages est moins nuancé.

L’Ademe souligne qu’« il n’existe pas un schéma de collecte ne présentant que des avantages ». Eco-Emballages est moins nuancé.

Comme Ecofolio, Eco-Emballages plaide pour un large développement de l’apport volontaire, soi-disant pour le bien de tous. Il oublie de souligner qu’il en serait le principal bénéficiaire et que le recyclage risquerait fort d’en pâtir.

Eco-Emballages et Ecofolio le disent depuis des mois, à longueur de « posts » sur les réseaux sociaux, de communiqués, de rapports, parfois de réunions : l’avenir de la collecte sélective, son développement passeraient, selon eux, par un large développement de l’apport volontaire, voire par sa « généralisation » (dixit Eco-Emballages ; Ecofolio est plus nuancé). L’apport volontaire serait même « la solution » (sic). A quoi ? A l’augmentation des coûts, à la nécessaire évolution des centres de tri, à l’extension des consignes de tri des plastiques… Bref, à tout ou presque. Et il serait bénéfique pour tout le monde : collectivités, opérateurs, agents de collecte, environnement…

Performances
Eco-Emballages, en particulier, axe particulièrement sa communication actuelle sur ce thème. Par exemple, la quasi-totalité de ses tweets vantant les actions de telle ou telle collectivité locale fait directement ou indirectement la promotion de l’apport volontaire. En février dernier, à l’occasion d’un « speed meeting » organisé à Paris par l’Ordif (Observatoire régional des déchets d’Ile-de-France), il a consacré toute sa présentation à en vanter les mérites.
Selon Eco-Emballages, grâce à l’apport volontaire, il serait notamment possible de « maintenir les coûts » au niveau actuel tout en modernisant les centres de tri, en augmentant les tonnages collectés et triés pour tous les matériaux et en généralisant le tri de tous les plastiques partout en France. Parallèlement, les agents de collecte seraient « moins exposés aux dangers » puisqu’il n’y aurait « pas de marche arrière [des bennes] ni de collecte bilatérale ». Et « l’empreinte carbone » serait « réduite » puisqu’il y aurait « moins de kilomètres parcourus par les véhicules » de collecte. […]

L’article complet dans Déchets Infos n° 95.

A lire aussi :
Bi-flux, tri-flux… : souvent éco-organisme varie…


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

Barbara Pompili, une ministre proche des ONG

Barbara Pompili, une ministre proche des ONG Lorsqu’elle était députée, Barbara Pompili a déposé de nombreux amendements « travaillés » avec des ONG, en particulier avec Zero Waste France. S’il y en a qui ont [ Lire la suite ]

Quand Jean Castex s’occupait de déchets

Quand Jean Castex s’occupait de déchets Lorsqu’il était magistrat à la Cour des comptes, Jean Castex avait audité les comptes d’Eco-Emballages, d’Adelphe et de 14 autres éco-organismes. Ses conclusions faisaient la part [ Lire la suite ]

Convention citoyenne : les déchets maltraités

Convention citoyenne : les déchets maltraités Les propositions de la Convention citoyenne en matière de déchets n’ont pas été élaborées dans de bonnes conditions. Souvent confuses, parfois contradictoires ou irréalistes, basées [ Lire la suite ]

Plastiques recyclés : quels objectifs d’incorporation et comment y arriver ?

Plastiques recyclés : quels objectifs d’incorporation et comment y arriver ? La mission CGEDD et du CGE, dont on attend le rapport, devrait proposer un taux moyen d’incorporation de recyclé, probablement de 20 %, variable selon les [ Lire la suite ]

Biodéchets et grandes villes : des coûts qui peuvent être très élevés

Biodéchets et grandes villes : des coûts qui peuvent être très élevés Dans certaines configurations, le coût du tri à la source des biodéchets dans les grandes villes peut être très élevé. La surtransposition française de la [ Lire la suite ]

Risque Covid : les recommandations pour la prévention évoluent en ordre dispersé

Risque Covid : les recommandations pour la prévention évoluent en ordre dispersé Les recommandations des différentes autorités concernant les moyens de prévention contre le Covid-19 continuent d’évoluer sans être toujours très cohérentes. Tour d'horizon des derniers changements [ Lire la suite ]

A découvrir

L’Echo circulaire, la lettre professionnelle du recyclage et de l’économie circulaire

Toutes les archives

Nos articles classés par thème