Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

DEEE bromés : les seuils de tri encore en question

Le recyclage peut conduire à avoir des teneurs intermédiaires en brome dans les plastiques, ce qui met à mal à méthode de tri actuellement utilisée.

Eco-systèmes assure que la composition des plastiques bromés permet d’obtenir des lots « sans brome » en triant à 10 000 ou 20 000 ppm. Mais le fait que certains plastiques soient recyclés ne permet pas de le garantir. Des mesures spécifiques seraient nécessaires pour s’en assurer.

Pour respecter le règlement européen sur les POP (polluants organiques persistants) et garantir une bonne élimination des retardateurs de flamme bromés (RFB), faut-il trier les plastiques des DEEE avec un seuil de détection à 2 000 ppm de brome, comme le prescrivent les autorités, ou à 10 000 ou 20 000 ppm, comme le pratiquent des opérateurs avec l’assentiment des éco-organismes ?

Comme nous l’avons indiqué récemment (Déchets Infos n° 111), actuellement, Suez et Veolia règlent leurs machines de tri optique avec un seuil de détection à 20 000 ppm pour le premier, et entre 10 000 et 20 000 ppm pour le second. Selon les intéressés et l’éco-organisme Eco-systèmes, cela permet d’obtenir des lots « sans brome », c’est-à-dire avec moins de 2 000 ppm de brome. La « règle simplifiée » de tri permettant de s’assurer que les plastiques ne contiennent pas de teneur en POP supérieure au seuil fixé dans le règlement européen serait donc respectée.

C’est un raisonnement évidemment spécieux, car si les machines sont réglées pour détecter 10 000 ou 20 000 ppm, elles peuvent laisser passer, dans la fraction supposée « non bromée », des pièces contenant entre 2 000 et 10 000 ppm, ou entre 2 000 et 20 000 ppm, donc au-dessus du seuil prescrit, c’est-à-dire en infraction avec la réglementation. […]

Le dossier complet dans Déchets Infos n° 116.


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Déchets Infos n° 276 — 12 juin 2024

Au sommaire du numéro 276 de Déchets Infos (12 juin 2024) Enquête • Consigne plastique : l’introuvable étude sur les...

Consigne plastique : l’introuvable étude sur les impacts environnementaux

Une étude prévue par la loi AGEC aurait dû être publiée par l’Ademe en 2020, puis en 2023. Aujourd’hui, on...

Bonus-malus emballages : la position des associations de collectivités

La plateforme des associations demande des aides supplémentaires pour les collectivités qui mettent place les principaux leviers d’amélioration des performances....

Biodéchets : retours sur une expérience de collecte en apport volontaire

La société Les Alchimistes a collecté en apport volontaire les biodéchets d’un quartier de Paris, ainsi que les données relatives...

PFAS et incinération : des mesures sur les fumées des UVE à partir de 2026

Les prélèvements sur les UIDD et les cimenteries auront lieu, eux, en 2025. Pour l’instant, à notre connaissance, rien n’est...

REP : la non-contribution brève est rattrapable sans majoration

Deux metteurs en marché de la filière DDS, membres du CA d’EcoDDS et qui n’avaient pas contribué début 2019, faute...

Déchets Infos n° 275 — 29 mai 2024

Au sommaire du numéro 275 de Déchets Infos (29 mai 2024) Dans l’actualité • Instance de régulation : la position contradictoire...

Régulation des REP : la position contradictoire des éco-organismes

Les éco-organismes veulent avoir, avec leurs adhérents, un « rôle central » dans les REP, mais des responsabilités partagées avec les autres...

Biodéchets : peut-on rendre obligatoire le compostage domestique et de proximité ?

Plusieurs collectivités et Amorce affirment qu’il devrait être possible d’imposer aux habitants, chez eux, le compostage domestique ou de pied...

Mégots : Alcome, sanctionné, conteste son astreinte

L’éco-organisme considère que sa mise en demeure et son astreinte sont mal fondées et que la liquidation partielle de l’astreinte...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos