Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Emballages : la clause de revoyure, cause de fâcherie

Les collectivités réclament un calcul plus juste et une actualisation des coûts de collecte et de tri qu’elles supportent. Et elles dénoncent la gouvernance du dispositif emballages, qui fait la part trop belle, selon elles, aux industriels et à leurs alliés.

Les tensions entre les collectivités locales et Eco-Emballages ne semblent pas près de s’apaiser. Elles ont même atteint un niveau non égalé jusqu’à présent avec la démission « symbolique », le 18 décembre dernier, de Philippe Rappeneau, président de la communauté urbaine d’Arras, de son poste de président de la commission consultative « emballages » — une première.

Le nouveau motif de colère des collectivités est la « clause de revoyure ». Décidée en 2010, elle avait pour but, à l’époque, de faire avaler la pilule du réagrément d’Eco-Emballages, imposé par les pouvoirs publics dans des conditions contestées (lire encadré). La clause prévoyait que les conditions financières de l’agrément soient réexaminées à mi-parcours, c’est-à-dire en 2013. Un groupe de travail spécialisé avait été constitué à cet effet dès 2012. Il s’agissait en particulier de revoir les modalités de calcul du taux de prise en charge, par l’éco-organisme, des coûts supportés par les collectivités.

Selon la loi Grenelle 1, ce taux aurait dû être de 80 % fin 2012. Mais la difficulté est de savoir ce que l’on met derrière les chiffres. Le numérateur — le montant total des soutiens versés — est simple à établir. C’est plus compliqué pour le dénominateur, défini dans la loi comme les « coûts nets de référence d’un service de collecte et de tri optimisé ».

La suite dans Déchets Infos n° 14.

Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

TEOM et REOM : plusieurs annulations pour quels remboursements ?

TEOM et REOM : plusieurs annulations pour quels remboursements ? Trois collectivités ont subi récemment des décisions judiciaires annulant leur délibération fixant le taux de taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) ou leur grille tarifaire [ Lire la suite ]

Fin des emballages plastiques à usage unique : la montagne AGEC va accoucher d’une souris

Fin des emballages plastiques à usage unique : la montagne AGEC va accoucher d’une souris Le ministère de l’Ecologie reconnaît que l’objectif de fin des emballages en plastique à usage unique, fixé pour 2040 par la loi anti-gaspillage (AGEC), est [ Lire la suite ]

DDS : la filière étendue aux assimilés et à de nouveaux déchets

DDS : la filière étendue aux assimilés et à de nouveaux déchets Cartouches de gaz, aérosols, teintures, encres et produits à base d’hydrocarbures font désormais partie du périmètre. La filière de responsabilité élargie des producteurs (REP) applicable aux [ Lire la suite ]

Derichebourg en « négociations exclusives » pour acheter GDE

Derichebourg en « négociations exclusives » pour acheter GDE L’achat, s’il se fait, devrait aboutir d’ici au moins « 6 à 9 mois ». Le nouvel ensemble pourrait représenter, à terme, près de 50 % du marché du [ Lire la suite ]

Emballages plastiques à usage unique : une réduction possible sous conditions

Emballages plastiques à usage unique : une réduction possible sous conditions Un rapport publié par le ministère de l’Ecologie souligne le manque de données sur les impacts environnementaux des emballages en plastique à usage unique, de [ Lire la suite ]

Plastiques : du « 100 % recyclé » au « 100 % recyclable », le glissement d'une promesse

Plastiques : du « 100 % recyclé » au « 100 % recyclable », le glissement d'une promesse La promesse de campagne d’Emmanuel Macron de « permettre 100 % de plastique recyclé d’ici 2025 » est transcrite dans les textes de manière non contraignante. On se souvient [ Lire la suite ]

A découvrir

L’Echo circulaire, la lettre professionnelle du recyclage et de l’économie circulaire

Toutes les archives

Nos articles classés par thème