Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Marc Mortureux quitte la DGPR sur les chapeaux de roues

Marc Mortureux, le directeur général de la prévention des risques (DGPR) lors des Assises nationales des déchets de Nantes, fin septembre dernier.

Le haut fonctionnaire Marc Mortureux a quitté précipitamment la DGPR et travaille maintenant dans le secteur automobile. D’où un risque de conflit d’intérêts avec ses fonctions passées, notamment sur la question des véhicules hors d’usage (VHU) et des plastiques bromés.

Marc Mortureux, directeur général général de la prévention des risques (DGPR) au ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), a quitté son poste le 1er mars dernier — « sur sa demande », précise le Journal officiel. Il a pris la direction générale de la Plate-forme de la filière automobile (PFA), une organisation au statut d’association, présidée par l’ex-ministre (Les Républicains) Luc Chatel et qui fédère, via d’autres organisations (CCFA, FIEV, fédérations de métiers…), les 4 000 entreprises du secteur (voir le site Internet de la PFA).

Marc Mortureux était à la tête de la DGPR depuis fin décembre 2015, soit un peu plus de 2 ans. Il avait été nommé suite au débarquement brutal — pour des raisons à ce jour non publiques — de Patricia Blanc (voir Déchets Infos n° 83).

Le départ du DGPR, quoique volontaire, apparaît en tout cas précipité. 15 jours avant, le 14 février, Marc Mortureux était nommé par décret représentant de l’Etat au conseil d’administration de l’Ademe, signe que le cabinet du ministre Nicolas Hulot ne s’attendait pas à cette défection (voir le Journal officiel du 15 février).

En outre, Marc Mortureux quitte la DGPR quelques jours avant la publication de la feuille de route pour l’économie circulaire, annoncée pour ce mois de mars. Un timing surprenant et qui ne paraît pas témoigner d’un attachement démesuré de l’intéressé à ses anciennes fonctions.

Par ailleurs, le point de chute de Marc Mortureux ne laisse pas d’interroger. Outre que la PFA ne fait pas vraiment figure d’organisation écologiste ou environnementale, les fonctions qu’y occupe désormais Marc Mortureux risquent de le placer en conflit d’intérêts avec ses fonctions précédentes. En effet, la DGPR a pour mission notamment d’élaborer et de mettre en œuvre la politique de surveillance de la pollution atmosphérique et celle de prévention et de gestion des déchets, deux sujets qui ne sont pas sans lien avec l’industrie automobile (voir le décret qui fixe notamment les attributions de la DGPR). Le traitement des véhicules hors d’usage (VHU), en particulier, génère des résidus de broyage automobiles (RBA) dont une bonne part sont chargés en plastiques contenant des retardateurs de flamme bromés (RFB). Certains RFB ont été déclarés polluants organiques persistants (POP) par la Convention de Stockholm et un règlement européen. Depuis décembre 2014, le tri des déchets qui en contiennent est donc obligatoire, pour qu’ils soient éliminés de manière adaptée, par incinération en tant que déchets dangereux (voir Déchets Infos n° 102). Or à ce jour, rien ou presque n’est fait dans ce domaine. Les RBA ne font pas l’objet d’un tri pour extraire les plastiques bromés. Ils continuent donc d’être soit recyclés pour ceux qui le peuvent, soit mis en décharge — des modes de traitement interdits pour les déchets contenant plus de 0,1 % de RFB POP. Et qui a laissé faire cela ? Les pouvoirs publics, dont la DGPR, en charge du dossier…

En principe, quand un haut fonctionnaire veut travailler dans le secteur privé, une « commission de déontologie de la fonction publique » doit donner son avis et vérifier qu’il n’y a pas conflit d’intérêts entre les fonctions de l’intéressée dans l’administration et celles qu’il souhaite occuper dans le privé.

En l’occurrence, on ne sait pas si la commission a été sollicitée et, si elle l’a été, quel a été son avis. Le cabinet de Nicolas Hulot, sollicité par Déchets Infos, ne nous a pas répondu sur ce point, se bornant à indiquer que le/la remplaçant(e) de Marc Mortureux n’est pas encore connu.

Article paru dans Déchets Infos n° 133.


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Déchets Infos n° 276 — 12 juin 2024

Au sommaire du numéro 276 de Déchets Infos (12 juin 2024) Enquête • Consigne plastique : l’introuvable étude sur les...

Consigne plastique : l’introuvable étude sur les impacts environnementaux

Une étude prévue par la loi AGEC aurait dû être publiée par l’Ademe en 2020, puis en 2023. Aujourd’hui, on...

Bonus-malus emballages : la position des associations de collectivités

La plateforme des associations demande des aides supplémentaires pour les collectivités qui mettent place les principaux leviers d’amélioration des performances....

Biodéchets : retours sur une expérience de collecte en apport volontaire

La société Les Alchimistes a collecté en apport volontaire les biodéchets d’un quartier de Paris, ainsi que les données relatives...

PFAS et incinération : des mesures sur les fumées des UVE à partir de 2026

Les prélèvements sur les UIDD et les cimenteries auront lieu, eux, en 2025. Pour l’instant, à notre connaissance, rien n’est...

REP : la non-contribution brève est rattrapable sans majoration

Deux metteurs en marché de la filière DDS, membres du CA d’EcoDDS et qui n’avaient pas contribué début 2019, faute...

Déchets Infos n° 275 — 29 mai 2024

Au sommaire du numéro 275 de Déchets Infos (29 mai 2024) Dans l’actualité • Instance de régulation : la position contradictoire...

Régulation des REP : la position contradictoire des éco-organismes

Les éco-organismes veulent avoir, avec leurs adhérents, un « rôle central » dans les REP, mais des responsabilités partagées avec les autres...

Biodéchets : peut-on rendre obligatoire le compostage domestique et de proximité ?

Plusieurs collectivités et Amorce affirment qu’il devrait être possible d’imposer aux habitants, chez eux, le compostage domestique ou de pied...

Mégots : Alcome, sanctionné, conteste son astreinte

L’éco-organisme considère que sa mise en demeure et son astreinte sont mal fondées et que la liquidation partielle de l’astreinte...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos