Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Marc Mortureux quitte la DGPR sur les chapeaux de roues

Marc Mortureux, le directeur général de la prévention des risques (DGPR) lors des Assises nationales des déchets de Nantes, fin septembre dernier.

Le haut fonctionnaire Marc Mortureux a quitté précipitamment la DGPR et travaille maintenant dans le secteur automobile. D’où un risque de conflit d’intérêts avec ses fonctions passées, notamment sur la question des véhicules hors d’usage (VHU) et des plastiques bromés.

Marc Mortureux, directeur général général de la prévention des risques (DGPR) au ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), a quitté son poste le 1er mars dernier — « sur sa demande », précise le Journal officiel. Il a pris la direction générale de la Plate-forme de la filière automobile (PFA), une organisation au statut d’association, présidée par l’ex-ministre (Les Républicains) Luc Chatel et qui fédère, via d’autres organisations (CCFA, FIEV, fédérations de métiers…), les 4 000 entreprises du secteur (voir le site Internet de la PFA).

Marc Mortureux était à la tête de la DGPR depuis fin décembre 2015, soit un peu plus de 2 ans. Il avait été nommé suite au débarquement brutal — pour des raisons à ce jour non publiques — de Patricia Blanc (voir Déchets Infos n° 83).

Le départ du DGPR, quoique volontaire, apparaît en tout cas précipité. 15 jours avant, le 14 février, Marc Mortureux était nommé par décret représentant de l’Etat au conseil d’administration de l’Ademe, signe que le cabinet du ministre Nicolas Hulot ne s’attendait pas à cette défection (voir le Journal officiel du 15 février).

En outre, Marc Mortureux quitte la DGPR quelques jours avant la publication de la feuille de route pour l’économie circulaire, annoncée pour ce mois de mars. Un timing surprenant et qui ne paraît pas témoigner d’un attachement démesuré de l’intéressé à ses anciennes fonctions.

Par ailleurs, le point de chute de Marc Mortureux ne laisse pas d’interroger. Outre que la PFA ne fait pas vraiment figure d’organisation écologiste ou environnementale, les fonctions qu’y occupe désormais Marc Mortureux risquent de le placer en conflit d’intérêts avec ses fonctions précédentes. En effet, la DGPR a pour mission notamment d’élaborer et de mettre en œuvre la politique de surveillance de la pollution atmosphérique et celle de prévention et de gestion des déchets, deux sujets qui ne sont pas sans lien avec l’industrie automobile (voir le décret qui fixe notamment les attributions de la DGPR). Le traitement des véhicules hors d’usage (VHU), en particulier, génère des résidus de broyage automobiles (RBA) dont une bonne part sont chargés en plastiques contenant des retardateurs de flamme bromés (RFB). Certains RFB ont été déclarés polluants organiques persistants (POP) par la Convention de Stockholm et un règlement européen. Depuis décembre 2014, le tri des déchets qui en contiennent est donc obligatoire, pour qu’ils soient éliminés de manière adaptée, par incinération en tant que déchets dangereux (voir Déchets Infos n° 102). Or à ce jour, rien ou presque n’est fait dans ce domaine. Les RBA ne font pas l’objet d’un tri pour extraire les plastiques bromés. Ils continuent donc d’être soit recyclés pour ceux qui le peuvent, soit mis en décharge — des modes de traitement interdits pour les déchets contenant plus de 0,1 % de RFB POP. Et qui a laissé faire cela ? Les pouvoirs publics, dont la DGPR, en charge du dossier…

En principe, quand un haut fonctionnaire veut travailler dans le secteur privé, une « commission de déontologie de la fonction publique » doit donner son avis et vérifier qu’il n’y a pas conflit d’intérêts entre les fonctions de l’intéressée dans l’administration et celles qu’il souhaite occuper dans le privé.

En l’occurrence, on ne sait pas si la commission a été sollicitée et, si elle l’a été, quel a été son avis. Le cabinet de Nicolas Hulot, sollicité par Déchets Infos, ne nous a pas répondu sur ce point, se bornant à indiquer que le/la remplaçant(e) de Marc Mortureux n’est pas encore connu.

Article paru dans Déchets Infos n° 133.


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Déchets Infos n° 268 — 7 février 2024

Au sommaire du numéro 268 de Déchets Infos (7 février 2024) Dans l’actualité • OMR et apport volontaire : revirement...

OMR et apport volontaire : revirement judiciaire

Le juge des référés du TA de Toulouse autorise la communauté de communes Cœur de Garonne à maintenir la collecte...

Biodéchets : l’enjeu du broyat et de sa mise à disposition

Il y a peu de risque de manquer globalement de broyat, mais il y a des difficultés localisées et/ou temporaires...

PFAS : vers une mesure dans les incinérateurs

Le ministère envisage une campagne de mesure des PFAS dans tous les incinérateurs, aussi bien sur les fumées que sur...

DSREP : vers un accord entre l’Ademe et les éco-organismes ?

Des discussions sont en cours depuis plusieurs mois sur les modalités de fixation de la somme que les éco-organismes doivent...

Déchets Infos n° 267 — 24 janvier 2024

Au sommaire du numéro 267 de Déchets Infos (24 janvier 2024) : Dans l'actualité • Inspection des REP : vers...

Inspection des REP : vers une instance de régulation et de contrôle

Le gouvernement dessine, dans sa lettre de mission, les contours d’une instance qui serait chargée de réguler, contrôler et sanctionner...

Quand les Français parlent de déchets, de tri et de biodéchets (sondage)

Un sondage donne des informations intéressantes sur le rapport qu’entretiennent les Français avec leurs déchets et leur pratique du tri,...

Tarification incitative : une nouvelle étude mais toujours des silences et des manques

L’Ademe confirme les avantages de la tarification incitative et certains de ses inconvénients. Facteurs aggravants pour les dépôts sauvages : l’apport...

Majorations de TGAP : dans l’attente du BOFiP

Il existe désormais deux seuils à prendre en compte pour les ISDND : la capacité administrative de l’installation, et celle résultant...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos