Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Ministère de l’Ecologie :
Patricia Blanc débarquée précipitamment
de la DGPR

Patricia Blanc (photo : site Internet de la préfecture du Nord)

Patricia Blanc (photo extraite du site Internet de la préfecture du Nord)

(article remanié le 5 janvier 2016)

La directrice générale de la prévention des risques (DGPR) au ministère de l’Écologie a été nommée à la tête de l’Agence de l’eau Seine Normandie. Son successeur Marc Mortureux a fait une partie de sa carrière dans des cabinets ministériels de droite.

La nouvelle a été connue le 23 décembre dernier grâce à quelques lignes en bas du compte rendu du dernier conseil des ministres de l’année : Marc Mortureux, jusque-là directeur général de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), a été nommé directeur général de la prévention des risques (DGPR) au ministère de l’Écologie, en remplacement de Patricia Blanc, qui occupait ce poste depuis décembre 2012.
En fait, le débarquement de Patricia Blanc de son poste de DGPR avait été engagé 5 jours plus tôt, le 18 décembre, par un arrêté ministériel signé de Ségolène Royal la nommant à la tête de l’Agence de l’eau Seine Normandie (AESN). Mais apparemment, son entourage ignorait cette décision jusqu’au 23 décembre, l’arrêté du 18 décembre n’ayant été publié au Journal officiel que le 26, le même jour que le décret nommant son successeur à la DGPR.

« Départ subi »
Le poste de directrice générale de l’AESN qu’occupe désormais Patricia Blanc n’est pas en soi dévalorisant et il semble donc difficile de parler de sanction à son égard.
Pour autant, son débarquement de la DGPR semble avoir été quelque peu précipité. Patricia Blanc avait par exemple prévu, début janvier, toute une série de rendez-vous que son secrétariat a dû annuler fin décembre, une fois son départ connu. Un proche du dossier parle de « départ subi ».
Questionné par Déchets Infos sur les raisons de ce changement d’affectation, le cabinet de Ségolène Royal n’a pas donné suite, ce qui ne tend pas à accréditer l’idée d’une promotion ou d’une mutation souhaitée.

Conseiller technique
Par ailleurs, la personnalité du successeur de Patricia Blanc intrigue. Professionnellement, Marc Mortureux dispose de toutes les qualifications et de l’expérience requises. Mais il a fait jusqu’à présent une bonne partie de sa carrière dans des cabinets ministériels de droite : en tant que conseiller technique de Gérard Longuet à l’Industrie (1994-1995), comme directeur de cabinet de Luc Chatel à la Consommation et l’Industrie (2007-2009) et enfin comme « conseiller spécial » du même Luc Chatel lorsqu’il fut ministre de l’Éducation nationale (2009), si l’on en croit sa fiche Wikipedia. Il est également présenté comme « catholique engagé ».
Dans ses nouvelles fonctions, Marc Mortureux a du pain sur la planche. En particulier, il devra reprendre en cours de route le lourd, complexe et épineux dossier de l’agrément des éco-organismes des filières emballages ménagers et papiers graphiques pour la période 2017-2022, dont les travaux ont commencé il y a environ un an.

Indifférent
Pour mémoire, le budget annuel de la filière emballages frise les 700 M€ et celui de la filière papiers tourne autour de 80 M€. Des sommes qui ne laissent personne indifférent : ni ceux qui les payent (les producteurs, via leurs contributions aux éco-organismes), ni ceux qui les reçoivent (les collectivités, via les soutiens), ni non plus ceux qui concourent à la collecte, au tri et au recyclage (en particulier les opérateurs, quand ces activités ne sont pas réalisées en régie, et les recycleurs).

Article paru dans Déchets Infos n° 83


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Déchets Infos n° 268 — 7 février 2024

Au sommaire du numéro 268 de Déchets Infos (7 février 2024) Dans l’actualité • OMR et apport volontaire : revirement...

OMR et apport volontaire : revirement judiciaire

Le juge des référés du TA de Toulouse autorise la communauté de communes Cœur de Garonne à maintenir la collecte...

Biodéchets : l’enjeu du broyat et de sa mise à disposition

Il y a peu de risque de manquer globalement de broyat, mais il y a des difficultés localisées et/ou temporaires...

PFAS : vers une mesure dans les incinérateurs

Le ministère envisage une campagne de mesure des PFAS dans tous les incinérateurs, aussi bien sur les fumées que sur...

DSREP : vers un accord entre l’Ademe et les éco-organismes ?

Des discussions sont en cours depuis plusieurs mois sur les modalités de fixation de la somme que les éco-organismes doivent...

Déchets Infos n° 267 — 24 janvier 2024

Au sommaire du numéro 267 de Déchets Infos (24 janvier 2024) : Dans l'actualité • Inspection des REP : vers...

Inspection des REP : vers une instance de régulation et de contrôle

Le gouvernement dessine, dans sa lettre de mission, les contours d’une instance qui serait chargée de réguler, contrôler et sanctionner...

Quand les Français parlent de déchets, de tri et de biodéchets (sondage)

Un sondage donne des informations intéressantes sur le rapport qu’entretiennent les Français avec leurs déchets et leur pratique du tri,...

Tarification incitative : une nouvelle étude mais toujours des silences et des manques

L’Ademe confirme les avantages de la tarification incitative et certains de ses inconvénients. Facteurs aggravants pour les dépôts sauvages : l’apport...

Majorations de TGAP : dans l’attente du BOFiP

Il existe désormais deux seuils à prendre en compte pour les ISDND : la capacité administrative de l’installation, et celle résultant...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos