Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Pourquoi la consigne pose problème

La mise en place de la consigne sur les bouteilles en plastique gênerait l’amortissement des investissements réalisés par les collectivités pour le tri des plastiques.

La consigne sur les bouteilles en plastique pourrait aboutir à une augmentation des coûts globaux de gestion des déchets, qui serait d’une manière ou d’une autre supportée par les consommateurs. Certains acteurs doutent par ailleurs de son intérêt environnemental global.

La consigne présente l’intérêt de permettre des taux de collecte élevés. En Europe, par exemple, dans les pays qui l’ont mise en place, en 2016, les taux de collecte par consigne allaient de 64 à 98 % en fonction des pays, des matériaux, du montant de la consigne et des modes d’organisation, selon une étude publiée par Reloop, un organisme qui regroupe des acteurs économiques, associatifs et institutionnels impliqués dans la consigne (étude téléchargeable ici). On note toutefois que les 90 % de collecte — taux requis par la directive SUP — ne sont pas garantis dans tous les cas. Et le taux de 100 % n’est jamais atteint.

Certains acteurs contestent par ailleurs que la consigne soit le seul moyen pour parvenir à 90 % de collecte. Pour le Cercle national du recyclage (CNR), par exemple, la collecte sélective française permet actuellement, sans consigne, de recycler 57 % de l’ensemble du gisement de bouteilles et flacons en plastique (et donc d’en collecter un peu plus de 57 %, compte tenu des pertes en ligne). Mais… […]

Le dossier complet dans Déchets Infos n° 163.


 

Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Déchets Infos n° 268 — 7 février 2024

Au sommaire du numéro 268 de Déchets Infos (7 février 2024) Dans l’actualité • OMR et apport volontaire : revirement...

OMR et apport volontaire : revirement judiciaire

Le juge des référés du TA de Toulouse autorise la communauté de communes Cœur de Garonne à maintenir la collecte...

Biodéchets : l’enjeu du broyat et de sa mise à disposition

Il y a peu de risque de manquer globalement de broyat, mais il y a des difficultés localisées et/ou temporaires...

PFAS : vers une mesure dans les incinérateurs

Le ministère envisage une campagne de mesure des PFAS dans tous les incinérateurs, aussi bien sur les fumées que sur...

DSREP : vers un accord entre l’Ademe et les éco-organismes ?

Des discussions sont en cours depuis plusieurs mois sur les modalités de fixation de la somme que les éco-organismes doivent...

Déchets Infos n° 267 — 24 janvier 2024

Au sommaire du numéro 267 de Déchets Infos (24 janvier 2024) : Dans l'actualité • Inspection des REP : vers...

Inspection des REP : vers une instance de régulation et de contrôle

Le gouvernement dessine, dans sa lettre de mission, les contours d’une instance qui serait chargée de réguler, contrôler et sanctionner...

Quand les Français parlent de déchets, de tri et de biodéchets (sondage)

Un sondage donne des informations intéressantes sur le rapport qu’entretiennent les Français avec leurs déchets et leur pratique du tri,...

Tarification incitative : une nouvelle étude mais toujours des silences et des manques

L’Ademe confirme les avantages de la tarification incitative et certains de ses inconvénients. Facteurs aggravants pour les dépôts sauvages : l’apport...

Majorations de TGAP : dans l’attente du BOFiP

Il existe désormais deux seuils à prendre en compte pour les ISDND : la capacité administrative de l’installation, et celle résultant...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos