Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

StocaMine : les 150 ME
que l’Etat n’aurait pas dû payer

Comblement d’une mine de sel allemande avec des Refiom. Ici, les Refiom sont mélangés à des liants hydrauliques (sortes de ciment) qui piègent les polluants dans une matrice solide, puis mis en big-bags. A StocaMine, les Refiom étaient stockés tels quels, sous forme de poudre, dans des big-bags.

L’incendie puis la fermeture de la première et seule décharge de « classe 0 » française aura coûté 150 M€ à l’Etat. Deux fonds de garantie auraient dû permettre de couvrir ces coûts. Mais ils ont été manifestement sous-évalués. Résultat : le contribuable va passer à la caisse.

150 M€ : c’est donc ce que devrait finalement coûter à l’Etat l’aventure Stocamine. En 1997, cette société, filiale des Mines de potasse d’Alsace (MdPA) détenues par l’Etat, a été autorisée par arrêté préfectoral à procéder au « stockage » de déchets dangereux à plus de 500 mètres sous terre, dans une couche de sel gemme. Elle devait accueillir des déchets que les décharges de « classe 1 » (aujourd’hui ISDD, installations de stockage de déchets dangereux) ne peuvent accepter (déchets mercuriels ou arséniés, sels de trempe…) ainsi que des déchets dangereux « ordinaires » (si l’on peut dire…) tels que des déchets amiantés ou des Refiom (résidus d’épuration des fumées d’incinération des ordures ménagères). Le site choisi était la mine de Wittelsheim (Bas-Rhin), près de Mulhouse, dont une partie était encore en exploitation pour sa potasse.

Initialement, le stockage devait être temporaire, limité à 30 ans. A l’issu de ces 30 ans, les déchets devaient en principe être remontés et soit enfouis ailleurs, soit traités différemment. L’idée — officielle — était que durant les 30 ans, le progrès technique pourrait permettre de traiter, au moins en partie, ce qui était précédemment non traitable. […]

L’article complet dans Déchets Infos n° 15.


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

Emballages ménagers : les soutiens seront-ils réévalués en 2023 ?

Emballages ménagers : les soutiens seront-ils réévalués en 2023 ? Citeo refuse de voir le barème augmenter l’an prochain, malgré une étude de l’Ademe qui montre une hausse importante des coûts de collecte et de [ Lire la suite ]

Sécheurs de biodéchets : toujours pas des composteurs (malgré une étude)

Sécheurs de biodéchets : toujours pas des composteurs (malgré une étude) Un fabricant de sécheurs de biodéchets se prévaut d’une étude de l’INERIS pour affirmer que ses sécheurs pourraient produire du compost à partir de déchets [ Lire la suite ]

Tri à la source des biodéchets : le coût de la généralisation

Tri à la source des biodéchets : le coût de la généralisation Le coût supplémentaire pour les collectivités pourrait être de 15 à 30 €/habitant/an, partiellement compensé par des économies réalisées notamment sur les OMR. Certaines hypothèses de l’étude [ Lire la suite ]

Huiles minérales : la valeur juridique des contrats-types en question

Huiles minérales : la valeur juridique des contrats-types en question Le Conseil d’Etat considère que l’arrêté d’agrément de Cyclevia, l'éco-organisme des huiles minérales, n’a pas de portée réglementaire. Les auteurs du recours en déduisent que [ Lire la suite ]

// Exclusivité "Déchets Infos" // Filière PMCB (bâtiment) : le cahier des charges validé et signé

// Exclusivité Des objectifs de collecte ont été ajoutés au projet initial, ainsi que des obligations de soutiens pour les zones de réemploi et de traçabilité. Les [ Lire la suite ]

Redevance DSREP : l’Ademe doit-elle être au service des éco-organismes ?

Redevance DSREP : l’Ademe doit-elle être au service des éco-organismes ? Les éco-organismes requérants voudraient que la direction de suivi des REP de l’Ademe (DSREP) travaille « au service exclusif » des éco-organismes et qu’elle justifie de l’usage [ Lire la suite ]

A découvrir

L’Echo circulaire, la lettre professionnelle du recyclage et de l’économie circulaire

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos