Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

Ecologie, ministère amer

La démission forcée de Delphine Batho du ministère de l’Ecologie, ce mardi 2 juillet, est regrettable sans que l’on parvienne, paradoxalement, à la regretter.

Elle est regrettable car elle laisse entendre, comme l’a dit Delphine Batho elle-même avant son limogeage, que l’écologie est la « variable d’ajustement » des choix gouvernementaux.

Elle est regrettable car, après le passage éclair de Nicole Bricq à ce ministère au début du quinquennat (pour une prise de position sur les forages d’hydrocarbures en Guyane), et après celui tout aussi rapide d’Alain Juppé au début du précédent quinquennat (victime, lui, d’une règle imbécile selon laquelle il faudrait être élu député pour rester ministre), elle laisse entendre que l’Ecologie serait un portefeuille de peu d’importance, dont le titulaire pourrait être changé sans conséquence, sans gravité, comme on se débarrasse d’un élément tout juste gênant, à peine embarrassant.

L’avenir, et notamment le débat budgétaire, dira si les craintes exprimées par la ministre avant son départ, sur la prise en compte des questions écologiques dans les choix gouvernementaux, étaient fondées ou non.

Pour autant, vu de notre place, nous ne parvenons paradoxalement pas vraiment à regretter son limogeage. Les raisons en sont multiples.

D’une part, il est de notoriété publique ou presque que Delphine Batho et son cabinet avaient une réputation détestable au sein du gouvernement. Le fait que les crédits du ministère de l’Ecologie pour 2014 soient annoncés en baisse de 7 % — si l’on en croit ce qu’en a dit Delphine Batho, et qu’a démenti le Premier ministre — en est un signe. Le fait qu’elle ait été débarquée en moins de 24 heures alors, par exemple, que le bouillonnant Arnaud Montebourg est toujours en poste après plusieurs propos qui ne sentaient guère plus la solidarité gouvernementale, en est un autre.

Si l’on resserre un peu la lorgnette sur notre — petite — position de journaliste spécialisé sur les déchets, nous devons le confesser : le départ de Delphine Batho est un soulagement.

Il suffit de regarder la « salle de presse » du site Internet du ministère pour comprendre : sur les six derniers mois, les communiqués relatifs aux déchets se comptent sur les doigts d’une main.

Ce ne sont pourtant pas les sujets d’actualité qui manquent dans ce domaine. Depuis des mois, par exemple, la commission consultative « emballages ménagers » n’a plus de président ; le ministère n’a toujours pas réussi à trouver un remplaçant au président démissionnaire.

La « clause de revoyure », qui devait permettre de mesurer l’atteinte des objectifs fixés à l’occasion du dernier agrément d’Eco-Emballages et de corriger si besoin le barème des soutiens, n’a toujours pas été appliquée, alors qu’elle devait l’être dès cette année, et les acteurs (collectivités, éco-organisme, ONG…) ne savent toujours pas sur quel pied danser.

Les nouvelles filières de responsabilité élargie des producteurs (REP) sur les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) et sur les déchets diffus spécifiques (DDS) se lancent péniblement.

Un rapport rendu public il y a quelques mois proposait un « choc de simplification » avec la suppression de plusieurs normes dont certaines concernent les déchets. Nous avions demandé la position du ministère, qui nous l’avait promise « rapidement ». Nous l’attendons toujours… Nous pourrions multiplier les exemples.

Certes, par rapport au temps où l’agenda de Delphine Batho n’était même pas publié, où nous apprenions les nouvelles du ministère par Twitter, les choses sont allées petit à petit en s’améliorant. Mais tellement lentement, et nous partions de tellement loin !…

Alors, en un sens, oui au changement. Oui à un ministère de l’Ecologie qui soit audible dans les médias, entendu et respecté au sein du gouvernement. Oui à un cabinet qui communique sans trop de langue de bois et dans des délais raisonnables. Oui à une Ecologie qui avance plutôt que de tergiverser, ratiociner, hésiter et finalement ne rien faire, ne rien dire, ou si peu, ou si mal, dans un domaine qui n’est pourtant pas mineur : la prévention et la gestion des déchets, l’économie dite circulaire, la préservation des ressources naturelles…

Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Déchets Infos n° 276 — 12 juin 2024

Au sommaire du numéro 276 de Déchets Infos (12 juin 2024) Enquête • Consigne plastique : l’introuvable étude sur les...

Consigne plastique : l’introuvable étude sur les impacts environnementaux

Une étude prévue par la loi AGEC aurait dû être publiée par l’Ademe en 2020, puis en 2023. Aujourd’hui, on...

Bonus-malus emballages : la position des associations de collectivités

La plateforme des associations demande des aides supplémentaires pour les collectivités qui mettent place les principaux leviers d’amélioration des performances....

Biodéchets : retours sur une expérience de collecte en apport volontaire

La société Les Alchimistes a collecté en apport volontaire les biodéchets d’un quartier de Paris, ainsi que les données relatives...

PFAS et incinération : des mesures sur les fumées des UVE à partir de 2026

Les prélèvements sur les UIDD et les cimenteries auront lieu, eux, en 2025. Pour l’instant, à notre connaissance, rien n’est...

REP : la non-contribution brève est rattrapable sans majoration

Deux metteurs en marché de la filière DDS, membres du CA d’EcoDDS et qui n’avaient pas contribué début 2019, faute...

Déchets Infos n° 275 — 29 mai 2024

Au sommaire du numéro 275 de Déchets Infos (29 mai 2024) Dans l’actualité • Instance de régulation : la position contradictoire...

Régulation des REP : la position contradictoire des éco-organismes

Les éco-organismes veulent avoir, avec leurs adhérents, un « rôle central » dans les REP, mais des responsabilités partagées avec les autres...

Biodéchets : peut-on rendre obligatoire le compostage domestique et de proximité ?

Plusieurs collectivités et Amorce affirment qu’il devrait être possible d’imposer aux habitants, chez eux, le compostage domestique ou de pied...

Mégots : Alcome, sanctionné, conteste son astreinte

L’éco-organisme considère que sa mise en demeure et son astreinte sont mal fondées et que la liquidation partielle de l’astreinte...

A découvrir

L’Echo circulaire : prévention, réemploi, réutilisation, reconditionnement, recyclage émergent…

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

- Déchets Infos