Actualités, enquêtes et reportages sur la gestion des déchets

DEA (mobilier) : trois mois pour fixer un contrat type, sinon…

Les pouvoirs publics veulent que le contrat type proposé par Eco-mobilier soit conforme au cahier des charges, ce qui n’est pas le cas pour l’instant.

Les pouvoirs publics n’excluent pas de sanctionner Eco-mobilier si le contrat type proposé n’est pas conforme au cahier des charges. La sanction pourrait aller jusqu’à un retrait de l’agrément. Amorce et le CNR doutent de la méthode appliquée.

Dans la filière des DEA (déchets d’éléments d’ameublement) ménagers, l’agrément a bien été délivré à Eco-mobilier pour 6 ans (2018-2023) et sur la base d’un nouveau cahier des charges (voir l’arrêté du 26 décembre 2017). Mais le contrat type entre Eco-mobilier et les collectivités, fourni par Eco-mobilier dans sa demande d’agrément, a été jugé non conforme au cahier des charges et ne faisant « pas consensus ». Les pouvoirs publics indiquent en conséquence qu’ils donnent trois mois à Eco-mobilier pour présenter un contrat type conforme au cahier des charges, en concertation avec les représentants des collectivités.

Pour mémoire, Eco-mobilier souhaitait ajouter des conditions particulières au versement des soutiens (voir Déchets Infos n° 128). […]

Ces conditions n’étant pas mentionnées dans le barème de soutiens annexé au cahier des charges, Amorce et le CNR (Cercle national du recyclage) les ont contestées et ont refusé toute discussion les concernant.

Contacté par Déchet Infos, un représentant de la DGPR (direction générales de la prévention des risques du ministère de la Transition écologique) explique […].

L’article complet dans Déchets Infos n° 129.


Vous êtes abonné

Vous pouvez :
  • télécharger ce numéro

    • après vous être connecté à «l'espace abonné»
    • et si le document est inclus dans votre formule d'abonnement.
A défaut, vous pouvez :

Vous n’êtes pas abonné

Vous pouvez :
  • vous abonner
    • possibilité d'inclure dans l'abonnement le dernier numéro paru
Achats en ligne :
  • Votre panier est vide.

Actualités

Le discours de Brune Poirson en clôture du congrès 2018 d'Amorce

Le discours de Brune Poirson en clôture du congrès 2018 d'AmorceVoici l'intégralité du discours prononcé par Brune Poirson le 19 octobre 2018 au Havre. La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et [ Lire la suite ]

Collecte « robotisée » : comment, jusqu’où, quand ?

Collecte « robotisée » : comment, jusqu’où, quand ? La collecte des déchets est de plus en plus automatisée et robotisée, ce qui pourrait changer radicalement le métier dans les années à venir. Intérêt : [ Lire la suite ]

Isséane, un soupçon de corruption invérifiable ?

Isséane, un soupçon de corruption invérifiable ? L’ancien directeur d’Inova France aurait avoir versé de l’argent à un « lobbyiste » dans le cadre de la construction de l’incinérateur Isséane d’Issy-les-Moulineaux. Mais les nouvelles [ Lire la suite ]

Hausse de la TGAP : la grogne monte

Hausse de la TGAP : la grogne monte Le Syctom, plus gros syndicat de France, estime être injustement pénalisé par la hausse prévue de la TGAP. Dans un vœu de son bureau, il [ Lire la suite ]

TGAP : des simulations pessimistes, localement et globalement

TGAP : des simulations pessimistes, localement et globalement Selon des simulations réalisées par Amorce, la hausse de la TGAP pourrait coûter entre 200 et 450 M€ par an aux collectivités à partir de 2025, soit [ Lire la suite ]

Ihol en passe d’être vendu à Veolia

Ihol en passe d’être vendu à Veolia Le groupe indépendant basé à Nice conçoit, construit et exploite des installations de traitement. La société Ihol, basée à Nice, concepteur, constructeur et exploitant d’installation de [ Lire la suite ]

Archives

Nouveau : il est possible d'accéder à tous les anciens numéros de Déchets Infos en souscrivant à l'option d'accès aux archives.

Toutes les archives

Nos articles classés par thème

Suivre Déchets Infos sur Twitter :


Toujours en accès libre

Incinération : le grand débat en arrière L’article « Faut-il brûler les incinérateurs » paru en février 2015 dans Alternatives économiques a suscité une réponse de l’ONG Zero Waste France (ZWF), sous la forme d’une « lettre ouverte » publiée sur son site Internet. Les arguments avancés par ZWF ramènent le débat quelques années en arrière. Nous y répondons point par point dans cet article en accès libre.
Déchets Infos apprécie et soutient le travail de son confrère belge Incidences, la lettre de l'environnement.